Happy Endings : bilan

11 mai 2013 : ABC annule Happy Endings. Même si la chute vertigineuse des audiences et le déplacement de la diffusion de la série au vendredi soir avaient amorcé cette terrible nouvelle, l’annulation reste une grande déception. J’essaie donc de calmer l’envie violente de plastiquer les studios d’ABC. Mais comme je ne suis pas un expert en bombes artisanales, revenons plutôt sur la troisième et dernière saison de cette série.

Mon petit cœur de sériephile enjoué par deux premières saisons excellentes, c’est par petits sauts hystériques sur mon siège que j’ai entamé la troisième saison. J’ai retrouvé les sœurs Kerkovich, Max, Brad, Penny et Dave avec grand plaisir. Mais la joie du retour de la série et de ses personnages s’est rapidement estompée pour laisser place à une certaine déception. En effet, Happy Endings peine à redémarrer et stagne pendant les huit premiers épisodes. Exception faite de l’excellent Boys II Menorah qui plonge dans un délire (Max devient un MC pour bar-mitzvah) qui rappelle beaucoup ceux de la deuxième saison.

Happy Endings Brad Jane

Le début de la troisième saison d’Happy Endings est donc assez décevant. On retrouve la petite bande délirante de Chicago sans pour autant noter une quelconque évolution notoire des personnages. Heureusement, l’épisode 12 (The Marry Prankster) redonne un peu de dynamisme à la saison. Ajoutez à cela la liberté de ton avec des blagues sur les gays, les juifs, les noirs, les femmes, … sans jamais sombrer dans le mauvais goût. Et les références à Usual Suspects ou à Requiem for a Dream sont tout aussi amusantes.

Mais il faut l’avouer, Happy Endings n’est plus si spontanée. La série est devenue quelque peu pénible. Cela est notamment du au changement de structure des épisodes : les story-lines se multiplient et se télescopent, alourdissant ainsi le rythme.

Néanmoins, on ne peut pas dire que cette troisième saison soit une catastrophe. L’épisode Bros before Bros marque une avancée (à nuancer) pour Penny. Quant à Max, son cynisme et ses sarcasmes sont toujours aussi drôles et contrairement à beaucoup de monde je ne me suis toujours pas lassé des petits cris poussés par le très maniéré Brad (même si les limites du personnages commencent à se faire sentir).

Happy Endings Max

Alors bien sûr cette saison d’Happy Endings était en deçà des deux premières mais c’était surtout une saison lors de laquelle la série s’est cherchée : comment faire évoluer les personnages ? Comment construire un nouvel arc narratif durable et intéressant ? Une quatrième saison aurait donc été nécessaire afin d’accomplir cette transition.

Malheureusement, Happy Endings n’aura sûrement pas cette occasion de nous faire avec une quatrième saison. USA Network serait en négociation pour acheter la série, mais la voir reprendre sur une autre chaîne semble peu probable. Enfin, Happy Endings aura été une sitcom différente qui nous aura donné autre chose que les comédies populaires bien trop classiques agonisant depuis bien trop longtemps.

EDIT : Happy Endings est définitivement enterrée et ne sera reprise ni par USA Network ni par une autre chaîne.

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. … tu viens de ruiner ma journée, j’etais pas au courant que c’était annulé T_T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 12 =